Avis produit,  Esprit critique

Caudalie lutte-t-elle pour la protection des océans ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mes petits loups bonjour ! Depuis quelques années, une prise de conscience mondiale concerne les ravages induits et provoqués par nos crèmes solaires sur les océans.

Je l’avais déjà évoqué dans mon article « Crème solaire ? Les Hawaïens leur bottent les fesses ! » en parlant des actions menées par les autorités Hawaïennes en faveur de la protection des océans, en interdisant certains filtres UV au sein de leur pays.

Pour rappel, certaines crèmes solaires incluent dans leur composition des éléments chimiques responsables de la destruction de la barrière de corail et de plusieurs espèces marines, nuisant ainsi à sa biodiversité.

En effet, certaines substances chimiques modifient l’ADN du corail, ce qui conduit à l’obtention de coraux déformés ou encore décolorés, ce qui tue le récif corallien à court terme .

«  Bio à la une  » nous informe que chaque année, c’est environ 6000 tonnes de crème solaire qui sont diluées joyeusement dans les océans par les baigneurs.

Ce fait est à présent bien connu du grand public, et cela se vérifie également dans le marketing, comme avec cette crème solaire de la marque Caudalie.

La crème solaire Caudalie

Un packaging aux couleur de l’été pour une crème solaire à l’indice 50, et en bas à gauche, un petit logo qui attire notre attention. Allons voir ça de plus près.

Le petit cercle ressemble à un label mais il n’en est rien. On peut y lire :

« Ocean protect – no oxybenzone et no octinoxane »

Si vous avez lu mon article sur les Hawaïens, vous savez que ces deux filtres UV ont justement été interdits par la loi hawaïenne mais aussi par les Paolos, un archipel du Pacifique, ainsi qu’à Miami ou à Key West. Il est à prévoir que ces interdictions vont bientôt être mises en place un peu partout, mais il est vrai que rien n’oblige la marque à la mettre en place en France.

D’ailleurs, quelle est la position de la France par rapport à ces produits ?

Le Parisien écrit ceci :

« En France, cette idée rebondit. Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique, a lancé une mission mercredi en ce sens. Elle a chargé l’Anses (l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation et de l’environnement) d’identifier les produits les plus toxiques pour les coraux. Ce qui inclut des composants qui peuvent être présents dans les crèmes solaires, mais également dans les lessives et les cosmétiques.

L’Anses devra également « proposer les mesures d’encadrement réglementaires adéquates », précise un communiqué. Elle a jusqu’au premier trimestre 2019 pour ce faire.

Pourquoi tant d’empressement à sauver les coraux ?

Les massifs coralliens couvrent à peine 1 % des fonds océaniques et pourtant, ils sont essentiels pour la biodiversité marine. En effet, ils protègent les côtes, abritent 25 % des espèces de poissons, et fournissent de la nourriture à environ 500 millions de personnes dans le monde. »

Alors,  qu’en est-il pour la crème Caudalie? Anticipation commerciale ou prise de décision en faveur de l’environnement ?

Pour le savoir, rien de plus facile ! Il suffit d’aller voir de plus près si la composition choisie par la marque Caudalie, et de voir si elle contient – ou non – des polluants ou filtres UV chimiques.

Voilà le résultat en vert, des ingrédients ne posant pas de problème majeurs, et en gras des polluants et filtres UV chimiques :

  • AQUA/WATER/EAU,
  • VITIS VINIFERA (GRAPE) FRUIT WATER*,
  • DIBUTYL ADIPATE,
  • ISOAMYL P-METHOXYCINNAMATE, filtre UV chimique,
  • C13-15 ALKANE,
  • GLYCERIN*,
  • PROPANEDIOL*,
  • CRAMBE ABYSSINICA SEED OIL*,
  • BUTYL METHOXYDIBENZOYLMETHANE (AVOBENZONE), filtre UV chimique
  • GLYCERYL STEARATE*,
  • C20-22 ALKYL PHOSPHATE,
  • ETHYLHEXYL TRIAZONE filtre UV chimique
  • C20-22 ALCOHOLS*,
  • TITANIUM DIOXIDE
  • BENZOTRIAZOLYL DODECYL P-CRESOL,
  • BIS-ETHYLHEXYLOXYPHENOL METHOXYPHENYL TRIAZINE, filtre UV chimique,
  • THEOBROMA CACAO (COCOA) SEED BUTTER*,
  • CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE*,
  • PARFUM (FRAGRANCE),
  • 1,2-HEXANEDIOL,
  • PHYTOSTEROLS*,
  • POLYACRYLATE CROSSPOLYMER-6 polymère,
  • SODIUM HYDROXIDE,
  • PALMITOYL GRAPE SEED EXTRACT*,
  • VITIS VINIFERA (GRAPE) JUICE*,
  • CITRIC ACID*,
  • O-CYMEN-5-OL,
  • PICEA ABIES WOOD EXTRACT*,
  • TOCOPHERYL ACETATE,
  • XANTHAN GUM,
  • POLYHYDROXYSTEARIC ACID,
  • JOJOBA ESTERS,
  • SODIUM BENZOATE,
  • POTASSIUM SORBATE,
  • BENZYL BENZOATE,
  • BENZYL SALICYLATE
  • CITRONELLOL,
  • GERANIOL,
  • LINALOOL.

On constate ici la présence de 4 filtres UV chimiques, donc, à mon avis, on ne peut pas dire que ce produit se soucie grandement de l’océan…

En revanche, il est intéressant de voir que ce produit suit de près l’actualité et anticipe. Espérons que c’est en raison de l’interdiction de l’oxybenzone et de l’octinoxane en France…

Bien entendu, trouver un filtre UV respectueux est une question épineuse, mais se déclarer protecteur des océans par anticipation de la loi et s’en servir d’argument commercial… Merci Caudalie ?

Dommage car le produit est bon en lui-même, sans perturbateur endocrinien ou autres ingrédients dangereux pour la santé, et à mon sens, c’est ÇA que la publicité devait mettre en avant, car oui, ce produit est bon, mais écologique ??… Je n’en suis pas convaincue. Voilà mon opinion.

Avouez que faire le lien entre les choses ne manque pas d’intérêt. 

Je vous retrouve très bientôt pour un nouvel article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharger le guide pour réaliser vous même

 votre crème visage