Conseil,  Cosmétique Fais maison débutant

Savoir lire la chimie d’une huile végétale : les acides gras linoléiques

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour mes petits loups ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour évoquer un aspect primordial de la cosmétique maison : la lecture d’une huile végétale via les acides gras, surtout les acides gras linoléiques. Celle-ci est en fait d’une importance capitale, et c’est le genre de connaissances qui vous fait passer à un autre niveau de compréhension. Car oui, peut être aujourd’hui savez-vous que l’huile végétale de coco est géniale pour les cheveux, mais sauriez-vous me dire pourquoi ? Peut-être me répondrez-vous que c’est parce qu’elle est nourrissante, peut-être irez vous-même plus loin en m’affirmant qu’elle pénètre bien la fibre capillaire ; oui mais pourquoi ?

Aujourd’hui, je vous propose ni plus ni moins la capacité de pouvoir lire une huile végétale en vous faisant découvrir les différentes familles d’acides gras en vous les expliquant et en vous fournissant des moyens mémos techniques pour que vous reteniez les principales sources de chaque famille, alors, préparez-vous à changer votre vision sur les huiles végétales.

Les différentes familles d’acide gras

Il existe de nombreuses familles d’acides gras et je fais le choix délibéré de ne pas toutes les citer, je vais vous dire celles qui sont les plus présentes dans la cosmétique fait maison, ainsi que dans la pratique de la saponification à froid. Je vais vous accompagner dans la compréhension de chacune d’entre elles, aujourd’hui celle des acides gras linoléiques, et proposer à votre mémoire des images qui, une fois fixées, permettent de retenir facilement les informations, en évitant un cours magistral qui ne vous laisserait ni souvenir, ni développement, et encore moins de plaisir.

Les acides gras linoléiques

La petite histoire

Pour commencer, voici les acides gras linoléiques. À quoi vous fait pensez le terme linoléique ?

Si vous avez pensé au lin, c’est gagné !

Les familles sont très souvent nommées grâce à la plante ou l’endroit où cet acide est très représenté ; ici il tire son nom de l’huile végétale de lin.

Alors, je vais dans un premier temps vous raconter une histoire ; je vais vous demander de l’imaginer avec le plus de détails possibles dans votre tête. Dans un second temps, je vous expliquerai à quoi sert cette toute petite histoire qui, vous le verrez, se révèlera fort utile.

Sans attendre, voilà la petite histoire :

Si vous avez lu mon article sur les acide gras oléiques, peut-être vous rappelez-vous du juge Abricot ? Alors, c’est le juge Abricot. Il est très chiffon ; d’ailleurs, quand on parle chiffon, il a la tête comme un melon ; il se rend chez le marchand de tissus, Monsieur Onagre. Celui-ci à plein de choses sur son étal : du lin, du coton et du chanvre.

Il désigne le chanvre et demande au marchand : « Dites-moi Onagre, vous n’auriez pas celui-ci en rouge raisin ? »

– Il suffisait de demander, dit Monsieur Onagre.

Il se penche sur un tiroir, murmure « sésame ouvre-toi », et le tiroir s’ouvre tout seul sur un chanvre d’un joli rouge raisin.

Ce qu’il faut en retenir

Comme vous pouvez le constater, cette histoire est très courte et facile à retenir ; elle contient les principales sources d’acides gras linoléiques, voyez plutôt :

  1. Pour commencer, notre juge Abricot fait bien entendu référence à l’huile végétale d’abricot
  2. On fera de même avec le marchand, monsieur Onagre, qui évoque l’huile d’onagre
  3. Ensuite, sur l’étal, de nombreuses huiles sont évoquées, tout d’abord celle de lin
  4. Puis celle de coton
  5. Et enfin celle de chanvre
  6. Ensuite, le juge demande un chanvre de couleur raisin pour évoquer l’huile de pépins de raisin
  7. Enfin pour finir, le marchand murmure « sésame ouvre-toi » pour qu’on n’oublie pas l’huile de sésame à notre liste.

Un acide gras linoléique, c’est quoi ?

Avant de vous expliquer ce qu’est un acide gras linoléique, je dois revenir brièvement sur ce qu’est un acide gras. Un acide gras est un composant chimique qu’on trouve en l’occurrence dans les huiles et beurres végétaux ; c’est un assemblage entre des molécules de carbone plus ou moins longues et liées par des esters.

Les acides gras sont d’une importance capitale de par leurs propriétés car ce sont eux qui donnent leurs caractéristiques aux phases grasse, telles que les huiles et les beurres. Même si ceux-ci peuvent avoir leurs propres propriétés à travers des vitamines et autres éléments, leur composition en acide gras leur fournit la majeure partie de leurs vertus.

Une huile peut bien entendu contenir des acides gras de plusieurs familles d’acides gras, mais on la dira d’une famille quand elle possède un taux notable de cette famille. En conclusion, même si vous ne connaissez pas une huile, vous pouvez parfaitement connaître ses propriétés, et déterminer si elle est plus intéressante qu’une autre, rien qu’à la lecture de sa composition en acides gras.

Pour en revenir aux acides gras linoléiques, ce sont des acides gras dits poly insaturés, ce qui signifie qu’ils sont très sensibles à l’oxydation. On dit de lui qu’il est C18, ce qui signifie qu’il est constitué de 18 molécules de carbone.

Oui mais à quoi ça va me servir ?

Vous savez maintenant ce qu’est un acide gras, et vous savez que les acides gras linoléique sont très propices à l’oxydation ; il faudra donc les complémenter en vitamine E ou les conserver au frais. Peut-être qu’à l’heure actuelle, avec l’histoire de Monsieur Onagre, vous savez même citer plusieurs d’entre eux, mais à quoi cela vous sert-il ?

Sachez qu’en cosmétique, les acides gras de type linoléique sont connus pour être particulièrement émollients, car ils entrent dans la composition des céramique. À ce titre, ils sont très utilisés par des personnes à la peau déshydratée, car il saura optimiser la bonne rétention de l’eau grâce à ses pouvoirs émollient et filmogène.

En saponification, cet acide gras permet de créer des savon doux, idéaux pour les peaux déshydratées grâce à ses qualités.

En conséquence, la présence d’acide linoléique, c’est l’assurance d’un beurre ou d’une huile qui sait optimiser l’hydratation .

Voilà mes petits loups ! C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura fourni des réponses. Vous pouvez me retrouver sur ma chaîne Facebook et mes réseaux sociaux, et n’hésitez pas a aimer l’article. À bientôt !Enfin, si vous voulez être guidez de A à Z dans la réalisation de vos cosmétique n’hésitez pas à découvrir mon livre “Tambouille sans embrouille”.

Sources:

6 commentaires

  • Vivien

    Bonjour Laura 🙂

    En tant qu’ancien diététicien, J’aime bien quand ça parle d’acides gras ! Et aussi (et surtout) parce que je fais mon savon (j’ai donc un pied dans la cosmétique maison, je suppose).
    Je sais d’expérience que ça peut vite rebuter de parler d’acides gras, mais tu as bien amener la chose (la petite histoire aide 😉 ). Et puis les effets et utilisée de l’AG linoélique sont clairement exposé, c’est chouette.

    Bravo donc 🙂 Et bon courage pour la suite

    • Laura Terschlusen

      Bonjour, ton commentaire me fait plaisir et me flatte beaucoup. Un peu rebutant au début c’est vrai mais tellement passionnant ensuite!
      Diététicien doit être un sacré métier et une grande remise en question du mode de vie ça a du être une belle aventure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharger le guide pour réaliser vous même

 votre crème visage