Conseil,  Cosmétique Fais maison débutant

Savoir lire la chimie d’une huile végétale : les acides gras oléiques

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour mes petits loups ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour évoquer un aspect primordial de la cosmétique maison : la lecture d’une huile végétale via les acides gras, surtout les acides gras oléiques. Celle-ci est en fait d’une importance capitale, et c’est le genre de connaissances qui vous fait passer à un autre niveau de compréhension. Car oui, peut être aujourd’hui savez-vous que l’huile végétale de coco est géniale pour les cheveux, mais sauriez-vous me dire pourquoi ? Peut-être me répondrez-vous que c’est parce qu’elle est nourrissante, peut-être irez vous-même plus loin en m’affirmant qu’elle pénètre bien la fibre capillaire ; oui mais pourquoi ?

Aujourd’hui, je vous propose ni plus ni moins la capacité de pouvoir lire une huile végétale en vous faisant découvrir les différentes familles d’acides gras en vous les expliquant et en vous fournissant des moyens mémos techniques pour que vous reteniez les principales sources de chaque famille, alors préparez-vous à changer votre vision sur les huiles végétales.

Les différentes familles d’acides gras

Il existe de nombreuses familles d’acides gras et je fais le choix délibéré de ne pas toutes les citer, je vais vous dire celles qui sont les plus présentes dans la cosmétique fait maison, ainsi que dans la pratique de la saponification à froid. Je vais vous accompagner dans la compréhension de chacune d’entre elles, et aujourd’hui, celle des acides gras oléiques. Je vais proposer à votre mémoire des images qui, une fois fixées, permettent de retenir facilement les informations en évitant un cours magistral, qui ne vous laisserait ni souvenir, ni développement, et encore moins de plaisir.

Les acides gras oléiques

La petite histoire

Pour commencer, voici les acides gras oléiques. À quoi vous fait penser le terme oléique ?

Si vous avez pensé à l’olivier, c’est gagné !

Les familles sont très souvent nommées grâce à la plantes ou à l’endroit où cet acide est très représenté ; ici, il tire son nom de l’huile végétale d’olive.

Alors, je vais dans un premier temps vous raconter une histoire ; je vais vous demandez de l’imaginer avec le plus de détails possibles dans votre tête. Dans un second temps, je vous expliquerai à quoi sert cette toute petite histoire qui, vous le verrez, se révèlera fort utile.

Sans attendre, voilà la petite histoire :

 Vous êtes dans un tribunal, sur le banc des accusés. Monsieur Olivier pleure à chaudes larmes. L’huissier annonce l’entrée du vénérable juge Abricot. Celui-ci, après avoir relus ses notes, déclame : « Monsieur Oliver, vous êtes accompagné de votre avocat Monsieur Son de riz, et vous êtes accusé d’avoir jeté des noisettes sur le macadam et pour cela, vous encourez une amende. »

– Non s’il vous plaît monsieur le juge, pleure monsieur Olivier.

– Arrêtez de faire votre dame aux camélias je vous prie, le policier qui a procédé à votre interpellation m’a dit combien vous aviez été arrogant ».

Ce qu’il faut en retenir

Comme vous pouvez le constater, cette histoire est très courte et facile à retenir ; de plus, elle contient les principales sources d’acides gras oléiques, voyez plutôt :

  1. Pour commencer, on parle de monsieur Olivier, qui évoque bien entendu l’huile végétale d’olive
  2. Ensuite, on évoque le juge abricot, qui évoque l’huile végétale d’abricot
  3. Ensuite on évoque un avocat, pour l’huile végétale d’avocat
  4. On dit de cet avocat qu’il se nomme son de riz, pour parler de l’huile végétale de son de riz
  5. Pour ce qui est de l’infraction, il a jeté des noisettes, pour l’huile de noisette
  6. Il les a jetées sur le macadam, qui illustre l’huile végétale de macadamia
  7. Pour cela, il encourt une amende, on entend l’huile végétale d’amande douce
  8. On dit au prévenu, monsieur Olivier, d’arrêter de faire sa dame aux camélias, pour illustrer l’huile végétale de camélia
  9. Enfin on le dit, arrogant pour ne pas oublier l’huile d’argan.

Un acide gras oléique, c’est quoi ?

Avant de vous expliquer ce qu’est un acide gras oléique, je dois revenir brièvement sur ce qu’est un acide gras. Un acide gras est un composant chimique qu’on trouve en l’occurrence dans les huiles et beurres végétaux ; c’est un assemblage entre des molécules de carbone plus ou moins longues et liées par des esters.

Les acides gras sont d’une importance capitale de par leurs propriétés car ce sont eux qui donnent leurs caractéristiques aux phases grasse telles que les huiles et les beurres. Même si ceux-ci peuvent avoir leurs propres propriétés à travers des vitamines et autres éléments, leur composition en acides gras leur fournit la majeure parties de leurs vertus.

Une huile peut bien entendu contenir des acides gras de plusieurs familles d’acides gras, mais on la dira d’une famille quand elle possède un taux notable de cette famille. En conclusion, même si vous ne connaissez pas une huile, vous pouvez parfaitement connaître ses propriétés, et savoir si elle est plus intéressante qu’une autre, rien qu’à la lecture de sa composition en acides gras.

Pour en revenir aux acides gras oléiques, ce sont des acides gras dits mono insaturés, ce qui signifie qu’ils sont moyennement propices à l’oxydation. On dit de lui qu’il est C18, ce qui signifie qu’il est constitué de 18 molécules de carbone.

Oui, mais à quoi ça va me servir ?

Vous savez maintenant ce qu’est un acide gras, et vous savez que les acides gras oléiques sont moyennement propices à l’oxydation. Peut-être qu’à l’heure actuelle, avec l’histoire de Monsieur Olivier, vous savez même citer plusieurs d’entre eux, mais à quoi cela vous sert-il ?

Sachez qu’en cosmétique, les acides gras de type oléique sont connus pour être particulièrement nourrissants, on entend par là qu’ils sont pour la plupart très filmogènes et de ce fait, ils contribuent à l’hydratation, mais ce n’est pas la seule de leurs vertus. Ils contribuent aussi à conserver une bonne souplesse de la peau. Ils sont particulièrement réparateurs et souvent pourvus de caractéristiques cicatrisantes.

En saponification, ils permettent d’apporter de la douceur aux savon et de réaliser des savons nourrissants. L’olive, quant à elle, est la seule huile végétale qu’on peut utiliser seule, dans un savon réalisé en saponification à froid.

En conséquence, la présence d’acide oléique, c’est l’assurance d’un beurre ou d’une huile qui est nourrissant et réparateur, particulièrement adapté aux peaux matures, sèches ou encore lésées.

C’est tout pour aujourd’hui les petits loups, mais on se retrouve très bientôt pour un nouvel article !

Voilà mes petits loups ! C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura fourni des réponses. Vous pouvez me retrouver sur ma chaîne Facebook et mes réseaux sociaux, et n’hésitez pas a aimer l’article. À bientôt !Enfin, si vous voulez être guidez de A à Z dans la réalisation de vos cosmétique n’hésitez pas à découvrir mon livre “Tambouille sans embrouille”.

Sources:

12 commentaires

  • Delphiane

    Merci pour toutes ces explications et cette histoire qui permet de bien mémoriser les choses! Plus ça va et plus je me tourne vers ce genre de produits qui ont plein de vertus pour la peau et qui sont tellement plus naturels que toutes les crèmes vendues en hyper ou institut de beauté! Très belle journée à toi

  • Nathalie

    Bonjour Laura,
    J’aime beaucoup tes articles et celui-ci ne fait pas exception! J’ai beaucoup aimé la petite histoire de Monsieur Olivier et je pense que grâce à elle je les ais tous retenus! Bien joué!:-)
    L’huile d’Olive semble vraiment incroyable. La recommande-tu également dans la fabrication d’un shampoing maison?
    Je te souhaite une belle continuation

  • L’Essentiel des Parents

    Bonjour Laura, l’histoire de Monsieur Olivier est intéressante pour retenir les huiles aux acides gras oléiques.
    Tu parles de la saponification à la fin : pourquoi est-ce que seule l’huile d’olive peut s’utiliser seule ? Pourquoi pas les autres huiles ?

    Du coup je suis intriguée par les autres acides gras, je vais lire tes autres articles 😉
    Angèle

  • Noyaudujardin

    AhAh…l’histoire de Mr Olivier est un peu à “tirer par les cheveux” (gras bien sur) mais c’est sur que comme système mnémotechnique, c’est pas mal.
    L’olivier a tellement de vertus que j’ai grincé un peu en entendant qu’il était accusé, mais quand j’ai compris que c’était pour retenir les différentes huiles citées, ça en a ajouté et maintenant, c’est bon, tout baigne (dans l’huile)
    Article et site en général super intéressants.

  • Sabine

    Bonjour Laura,
    Je découvre ton blog et c’est une bulle de douceur.
    Ton article est très intéressant et enrichissant.
    J’aime bcp l’histoire de Monsieur Olivier remplie de métaphores.
    Bravo !!

  • Vivien

    En tant que diététicien et que savonnier amateur, j’aime bien quand on parle d’acides gras ! Donc j’ai bien aimé toutes ces infos sur l’acide oléique, et la petite histoire qui va avec est top 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharger le guide pour réaliser vous même

 votre crème visage