Conseil,  Cosmétique Fais maison débutant

Conservateur VS anti oxydant

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour mes petits loups ! Je vous retrouve avec grand plaisir pour vous transmettre un peu de mon savoir et contribuer avec bienveillance à votre apprentissage. Aujourd’hui, on aborde un concept assez simple mais une erreur assez fréquente chez les débutants, qui est responsable de la perte de plusieurs préparations chaque année.

L’erreur est humaine et elle amène à l’évolution, pour peu qu’on en tire une leçon ; alors aujourd’hui, on parle d’un sujet simple mais fondamental, soit la différence entre conservateur et anti oxydant.

Prologue.

Je ne compte plus le nombre de fois où une personne m’a demandé si elle pouvait conserver sa crème avec de la vitamine E, ou encore combien elle devait mettre de conservateur dans son gel d’Aloé Vera ou sa base crème, alors clarifions un peu tous ça.

Les bases cosmétiques

Avec la démocratisation de la cosmétique maison et le fait qu’elle touche un plus grand public, parfois moins averti, certains vendeurs en ingrédients de cosmétiques maison se sont mis à vendre des bases personnalisées.

Par exemple, l’entreprise Aroma-Zone propose plusieurs bases crèmes telles que sa base crème désaltérante ou sa base crème jeunesse. Il en va de même pour l’hygiène ou autre, comme par exemple pour la base shampooing ou encore le gel d’Aloé Vera, ou le concentré d’acide hyaluronique qu’on peut aussi utiliser comme base.

Soyons clair concernant la conservation de ces dites bases. Il s’agit de produits préfabriqués et personnalisables et à ce titre, ils ne nécessitent aucunement l’ajout de conservateurs, ils en sont déjà pourvus, sans quoi, il serait impossible de les commercialiser : ils pourriraient au bout de deux jours à peine.

Donc, si vous utilisez un produit qui est une base pré-faite, pas besoin de dépenser votre argent en conservateurs ou en anti oxydant, ces produits sont faits pour se suffire à eux-mêmes en termes de conservation.

Les conservateurs

A contrario des bases cosmétiques proposées par les vendeurs, quand vous réalisez intégralement votre produit cosmétique, il faudra vous assurer de sa bonne conservation en mettant soit un conservateur, soit un antioxydant.

Ai-je le choix entre ces deux éléments ? Eh bien en fait non. Chacun est utilisé ou non en fonction de la composition de votre produit. Nous allons voir l’utilisation bien distincte de chacun et leur rôle dans la conservation de vos produits, en commençant par les conservateurs.

Pour commencer, rappelons les fondamentaux : les conservateurs ont pour rôle d’empêcher le développement microbien au sein des préparations.

Les microbes sont des organismes vivants, et même si ce n’est pas tout à fait exact, dans tous les cas, nous allons faire une généralité pour simplifier les choses. Les microbes ont besoin d’eau pour se développer. Par conséquent, on utilisera des conservateurs et donc, des anti microbiens, uniquement dans les préparations contenant de l’eau. Plus précisément, qui contiennent une phase aqueuse. Par exemple, du gel d’Aloé Vera provenant directement de la plante devra être protégé après extraction. C’est également pour cela que Aroma-Zone conseille de mettre ses hydrolats au frigo. Même si ceux-ci sont moins sensibles de par leurs molécules aromatiques, il reste très sensible et à ce titre, il faut soit les conserver au frais, soit y ajouter un conservateur. Certaines marques font le choix de mettre directement un conservateur dans leurs hydrolats, contrairement à Aroma-Zone. À vous de vérifier sur l’étiquette.

Ainsi, en tenant compte de tous ces éléments, on comprend que les laits corporels, les crèmes, les gels, les shampooings, les lotions et les masques sous forme d’émulsion devront tous être protégés à l’aide d’un conservateur, sans quoi, votre préparation sera dite minute et devra être utilisée au maximum dans les deux jours qui suivent sa préparation, à condition d’être conservée au frais.

L’erreur classique est de faire un masque poudre donc, juste des poudres et de l’eau ou de l’hydrolat, et de penser  qu’il se conservera seul.

Les différents conservateurs

Il existe plusieurs conservateurs différents selon les marques. Je ne peux que vous parler de ce que je connais ; je parlerai aussi de ceux de chez Aroma-Zone. Ce qui les différencie les uns des autres, c’est tout d’abord de savoir s’ils sont naturels ou non. Ensuite, leur provenance. Dans quels produits ils peuvent être utilisés et enfin, dans quelles sortes de produits.

Aroma-Zone en propose 5 :

  • Cosgard
  • Naticide
  • Extrait de pépin de pamplemousse
  • Leucidal
  • Complexe benzoate et sorbate

Et les antioxydants dans cette histoire ?

Aroma zone propose un anti oxydant, la vitamine E. Mais qu’est-ce qu’un antioxydant ? Contrairement à un conservateur, la vitamine E n’empêche pas le développement microbien. Aussi, si vous mettez juste de la vitamine E dans une crème ou un gel, ceux-ci vont rapidement pourrir, comme s’ils n’étaient pas protégés. De plus, contrairement aux conservateurs, la vitamine E ne se mélange pas aux phases aqueuses, mais aux phases huileuses et c’est justement ces phases huileuses qu’elle protège.

Vous le savez, une huile ou un beurre ne vont jamais pourrir, comme le feraient par exemple une viande ou du lait. En revanche, elles vont s’oxyder et de ce fait, sentir le rance.

Quand une huile sent le rance, elle est oxydée et il ne faudra plus l’utiliser car, contrairement aux antioxydants qui sont anti-âge, une huile rance, elle, va favoriser le vieillissement cutané.

Il est important de savoir que les huiles sont plus au moins sensibles au rancissement. Celles qui sont riches en acides gras saturés comme en acides gras lauriques par exemple, sont les moins sensibles au rancissement ; on les reconnaît facilement car ce sont des huiles qui ont tendances à durcir quand il fait froid, comme par exemple l’huile végétale de coco, de coprah, de neem ou encore de chaulmoogra ou de Babassu. Celles-ci n’ont pas forcément besoin d’être protégées.

A contrario, les huiles riches en acides gras poly insaturés comme l’huile végétale de cerise, de bourrache ou encore de framboise, sont plutôt sensibles à l’oxydation.

Pour avoir ces informations sur chaque huile, va sur la fiche technique et tu auras le pourcentage d’acides gras de chaque huile. Cela peut paraître un peu compliqué, mais c’est en vérité super intéressant pour se rendre compte de la fragilité et ou de la valeur d’une huile. J’ai consacré une série de vidéos sur le sujet, que tu peux voir ici, et qui sont particulièrement utiles quand tu veux apprendre la saponification à froid.


Voilà mes petits loups ! C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura fourni des réponses. Vous pouvez me retrouver sur ma chaîne Facebook et mes réseaux sociaux, et n’hésitez pas a aimer l’article. À bientôt !Enfin, si vous voulez être guidez de A à Z dans la réalisation de vos cosmétique n’hésitez pas à découvrir mon livre “Tambouille sans embrouille”.

https://www.ecce-editions.fr/

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharger le guide pour réaliser vous même

 votre crème visage