Cosmétique Fais maison débutant

Crème onctueuse et réparatrice pour les mains à l’amande et à l’abricot

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour, mes petits loups ! Je suis heureuse de vous retrouver pour ce nouvel article qui vise à faire une crème à l’abricot. En ce moment, l’actualité n’est pas rose… En pleine pandémie, nous devons nous laver les mains et faire usage de gel hydroalcoolique de manière importante et le moral est parfois en berne.

Aussi, j’ai voulu formuler un produit de soin pour mes mimines malmenées. Un produit qui transporterait avec lui un peu de soleil et de douceur pour un moment privilégié avec moi-même, loin du tumulte actuel.

Mais je voulais aussi que cette crème soit bien entendu naturelle, respectueuse, facile à faire, peu onéreuse, et surtout onctueuse et gourmande. C’est dans cet esprit que je vous propose une recette de crème pour les mains à l’abricot et à l’amande.

Pour que cette recette s’adapte à vos attentes, à votre budget et au contenu de vos armoire, je vais vous expliquer mes choix et vous en proposer d’autres, afin d’élargir votre champ d’action et votre compréhension de la recette.

Pour commencer, voilà la recette que j’ai formulé pour 50 g de crème :

  • 7.5 g d’huile végétale d’abricot
  • 7.5 g d’huile végétale d’amande
  • 1.5 g d’émulsifiant VE ou alcool cétylique
  • 2.5 g d’Emulsan
  • 29.5 g d’eau
  • 20 gouttes d’arôme ou de fragrance
  • 8 gouttes de conservateur Cosgard

Pour commencer, rappelons qu’une crème est avant tout une émulsion, c’est-à-dire un mélange de phase aqueuse avec une phase huileuse, liées par une cire émulsifiante qui permet un mélange normalement impossible. La preuve, si vous mettez de l’huile et de l’eau dans un verre, les deux liquides ne se mélangent pas, car ils n’ont pas la même densité, et c’est la cire émulsifiante qui va changer cette réalité chimique, en permettant de lier les deux.

Pour commencer, parlons de la phase huileuse, donc du choix de l’huile et de l’émulsifiant. Vous avez la possibilité d’utiliser une ou plusieurs huiles végétales pour cette phase. L’important ici est d’avoir 15 g d’huile. Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de choisir les même que moi. Toutefois, laissez-moi vous expliquer mon choix. Mon désir était d’avoir des huiles végétales nourrissantes, mais surtout réparatrices, pour pallier les éventuels dégâts occasionnés par les nombreux lavages des mains.

Grâce à l’étude que j’ai fait sur les acides gras (vous pouvez tous les découvrir en vidéo en cliquant ici), je sais que pour qu’une huile soit réparatrice, il est intéressant pour moi qu’elle soit riche en acides gras oléiques, j’ai fait une petite histoire pour les retenir, que vous pouvez découvrir en cliquant ici.

Mais pour faire court, ça me donne le choix entre les huiles végétales suivantes :

  • Abricot
  • Olive
  • Avocat
  • Son de riz
  • Noisette
  • Macadamia
  • Amande
  • Camélia
  • Argan

Pour une crème réparatrice, vous pouvez donc choisir une ou plusieurs des huiles de cette liste. Pour ma part, j’ai choisi l’abricot et l’amande car l’amande est émolliente, elle favorise l’hydratation, tandis que l’abricot a ce côté plus gourmand et onctueux.

Ensuite, il a fallu ajouter un émulsifiant. J’ai regardé sur le guide des émulsifiants Aroma-zone pour choisir une texture ; vous pouvez le consultez en cliquant ici.

J’ai donc choisi l’Emulsan, accompagné d’émulsifiant VE mais apparemment, ils vont arrêter sa production. Vous pouvez toutefois le remplacer par de l’alcool cétylique en quantité équivalente.

Pour la phase aqueuse, je l’ai joué économe et je n’ai mis que de l’eau, mais rien ne vous empêche de la remplacer par un hydrolat ou une infusion de plantes de votre choix.

Vous pouvez observer la mise en œuvre dans la vidéo ci-dessous, et si vous avez la moindre question, n’hésitez pas.

Gardez à l’esprit que le conservateur est ici une obligation, mais que la fragrance ou l’arôme sont facultatifs et que vous pouvez les adapter à vos goûts. Pour ma part, j’ai voulu y mettre un peu de soleil en choisissant un arôme d’abricot et en ajoutant du mica or, pour avoir une couleur que j’ai trouvé charmante.

Dans de bonnes conditions de conservation, vous pourrez conserver cette crème pendant trois mois.

Voilà mes petits loups ! C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura fourni des réponses. Vous pouvez me retrouver sur ma chaîne Facebook et mes réseaux sociaux, et n’hésitez pas a aimer l’article. À bientôt !Enfin, si vous voulez être guidez de A à Z dans la réalisation de vos cosmétique n’hésitez pas à découvrir mon livre “Tambouille sans embrouille”.

https://www.ecce-editions.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharger le guide pour réaliser vous même

 votre crème visage